• 11/01/1915

    Faute de nouvelles, Claude Desnier s'est non seulement inquiété auprès de la hiérarchie militaire (voir plus loin la lettre du 14 janvier) mais aussi auprès d'Auguste Espagnol, le copain de "notre" Auguste. Voici la première réponse de ce dernier, il y parle de fluxion de poitrine, je pense qu'on parlerait de pneumonie aujourd'hui ...

     

    11/01/1915

     

     

    « 09/01/191514/01/1915 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :