• La lettre de la permission !!! Elle est malheureusement déchirée, mais il en reste suffisamment pour qu'on puisse en comprendre la teneur : Auguste part demain, donc dans 2 jours il arrivera (probablement à Aigueperse, peut-être à Riom) par le train de 4 heures et demie.

    On ne connaît pas la durée de cette permission, peut-être 7 jours.

    04/01/1917

     

     


    votre commentaire
  • Auguste part en permission.

    Pour la petite histoire le JMO de son régiment signale que son colonel aussi part en permission. Mais bizarrement ce journal ne parle pas d'Auguste !!!

    05/01/1917


    votre commentaire
  • On peut supposer qu'à la date du 13 Janvier 1917 Auguste est rentré de sa permission et qu'il a rejoint son régiment, le 342e RI.

    Avec ou sans lui ce dernier vient de s'installer à Foucaucourt, au NO de Verdun.

     

    Dans la nuit du 21 au 22 Janvier le 342e RI prend la relève en première ligne du 261e RI


    votre commentaire
  • Auguste Desnier est porté disparu, fait prisonnier par les allemands.

    Sa fiche matricule indique à cette date : porté disparu le 25 Janvier 1917 (avis me* du 19/4/17 tombé aux mains de l'ennemi le 25-1-17 à cote 304)

    *avis me : avis ministériel

    25/01/1917

    Vous trouverez ci-après le JMO du régiment relatant les événements de cette journée particulière :

    25/01/1917

    25/01/1917

     En clair les allemands ont pris l'offensive et à l'issue de la bataille ils détiennent maintenant les tranchées de premières lignes françaises, les hommes et le matériel qui allait avec.

    Sur l'extrait de ce JMO ci-dessous vous pourrez mieux apprécier le résultat :

    25/01/1917

    Vous avez bien lu les pertes humaines : 5 tués, 32 blessés, 530 disparus plus 14 officiers. Pour mémoire, Auguste faisait partie de la 6e CM. Il était loin d'être le seul prisonnier du jour. L'histoire ne dit pas si Camille, sa mitrailleuse, faisait partie des 2 rescapés.

    - o -

    Vous trouverez par ailleurs ci-après un lien vers un autre document, l'Historique du 342e RI. Cet ouvrage, réalisé après la guerre, reprend les principaux combats auxquels les hommes du régiment ont participé. Vous pouvez ainsi comparer ce qui est écrit là avec la façon dont Auguste a vécu la même histoire ! En vous souvenant qu'il a intégré ce régiment en Avril 1916 du côté de Soissons, ce qui nous amène à l'élément n°9 du document ci-après : «Historique 342eRI»

    - o -

    Quoi qu'il en soit, une nouvelle période s'ouvre aujourd'hui pour notre Auguste.


    votre commentaire
  • Auguste a donc été fait prisonnier lors de l'attaque allemande à la cote 304, à proximité du bois du Mort-Homme et à quelques kilomètres de Verdun.

     

    Pour mieux comprendre le contexte de cette opération dans le cadre de la bataille de Verdun vous trouverez ci-après quelques liens vers des sites intéressants :

    D'abord la bataille de Verdun Tourisme-Meuse - Bataille de Verdun

    Sur la cote 304 et le Mort-Homme Monument-du-Mort-Homme -cote 304 et mylorraine.fr/article/le-mort-homme-et-la-cote-304/2207

    Si les aventures d'Auguste ne vous suffisent pas, un blog auquel nous avons déjà fait appel chtimiste.com/batailles1418/1917verdun.htm et un autre blog personnel cote304.563creations

    Enfin un forum sur les combats de cette région mort-homme-cote-sujet_10433_1.htm

     

    Vous avez compris que ce secteur est un des hauts-lieux des combats autour de la bataille de Verdun. Toute cette région porte encore des séquelles importantes de cette période.Si vous en avez l'occasion je vous invite à visiter les lieux de ces batailles, qui restent très impressionnants. Et contrairement à ce que dit parfois Auguste il n'y pleut pas tous les jours tongue.

     

     

     


    votre commentaire
  • Carte envoyée de Geschrieben, en Allemagne, par laquelle Auguste signale sa captivité. Le contenu de cette carte déclenchera probablement la lettre de Claude au ministre de la Guerre que nous verrons plus loin.

    27/01/1917

    27/01/1917


    votre commentaire
  • Lettre de Mme Espagnol Mère à Auguste, permissionnaire à Glénat, pour l'inviter à déjeuner.

    04/01/1917 Mme Espagnol

    04/01/1917 Mme Espagnol

    04/01/1917 Mme Espagnol

    04/01/1917 Mme Espagnol


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique